FreeBSD installation

FreeBSD est un excellent système d’exploitation libre. Les seuls défauts qu’on peut lui reprocher est qu’il bénéficie de moins de support commercial que Linux et qu’il est moins médiatiser. Il s’agit d’un très bon système d’exploitation, extrêmement stable, comme tous les BSD, axé sur la performance.

Le principal point concernant FreeBSD est la compilation. Le système est conçu pour être stable et compilé de manière fine en choisissant des options à ajouter ou non aux binaires. Une fois un système FreeBSD fonctionnel, à moins de vouloir ajouter des fonctionnalités, il n’est utile de le mettre à jour que pour corriger des failles de sécurité.

Nous allons voir comment s’installe FreeBSD. Nous utiliserons une VM avec 8Go de disque, 1 CPU et 512 de RAM. Insérons le CD et bootons dessus

Boot

Capture du 2013-01-07 22:25:33Vous pouvez appuyer sur entrée pour booter tout de suite.

Capture du 2013-01-07 22:27:39L’installeur propose au choix d’installer, d’ouvrir un shell ou d’utiliser le live CD. Ces deux dernières options sont intéressantes dans le cas de dépannages d’autres systèmes FreeBSD. Choisissez Install

Clavier

Capture du 2013-01-07 22:27:49On va maintenant configurer le clavierCapture du 2013-01-07 22:28:01Nous sommes sur un clavier AZERTY accentué, ce clavier est parfait.

Hostname

Capture du 2013-01-07 22:28:27Configurez ici le nom d’hôte (notation FQDN) de la machine.

Distributions

Capture du 2013-01-07 22:28:42On vous propose ensuite d’installer quelques morceaux optionnels de la distribution. Vous pouvez ajouter la documentation, des jeux, des librairies 32bit (si vous avez des binaires 32bits), l’arbre de port au moment de la génération de l’ISO que vous avez téléchargé, et les sources sur laquelle est basé cet ISO. Je ne conseille pas de sortir l’arbre de ports depuis le CD, mais plutôt de l’extraire une fois l’installation finie avec l’outil portsnap.

Ici on décoche tout et on valide

Partitionnement

Capture du 2013-01-07 22:28:50On passe maintenant à la partie formatage. FreeBSD vous propose au choix d’être guidé, de le faire manuellement, ou encore d’ouvrir un shell pour opérer vous même. Cette dernière option est utile si vous souhaitez par exemple placer votre partition / en ZFS (chose un peu délicate). Choisissez Guided

Capture du 2013-01-07 22:28:57Vous avez le choix entre tout le disque ou bien une seule partition, choisissez Entire Disk

Capture du 2013-01-07 22:29:16FreeBSD se base sur des partitions en mode GPT (tout comme Mac OS X qui utilise la couche FreeBSD au dessus du micro noyau Mach). Vous trouverez de la documentation sur GPT ici.

Par défaut, FreeBSD suggère de tout mettre dans la partition /, un choix pouvant être discutable pour certains, mais sur ce système, cela ne sert pas à grand chose de séparer /usr /var et /. En effet les ports s’installent tous dans /usr/local et y gardent une grande partie de leurs données. Vous pouvez si vous le souhaitez créer une seconde partition /usr/local.

FreeBSD utilise le système de fichiers UFS2 réputé très stable bien qu’un peu lent. Depuis FreeBSD 9.0 UFS2 peut utiliser la journalisation (UFS2+J), ce qui évite de très long fsck lors d’un redémarrage.

Capture du 2013-01-07 22:29:27Une fois que vous aurez établi votre table de partitions vous pouvez appuyer sur Finish, et ensuite Commit.

Note: la lettre rouge est la lettre du clavier activant directement l’option.

Installation

Capture du 2013-01-07 22:29:36La distribution s’installe ensuite. Le système vérifie d’abord les checksum de chaque txz avant d’installer ceux-ci. Si le checksum échoue, la distribution ne s’installera pas.

Configuration

Capture du 2013-01-07 22:30:48On quitte ensuite dialog pour obtenir un prompt qui lance la commande passwd pour l’utilisateur root.

Capture du 2013-01-07 22:30:58On vous demande ensuite de configurer le réseau. Choisissez l’interface réseau qui vous convient.

Capture du 2013-01-07 22:31:06Vous pouvez choisir de n’utiliser que IPv4, que IPv6 ou les 2. Une fois que vous avez validé IPv4, il vous sera demandé si vous souhaitez utiliser DHCP ou non. Ici nous choissons que non.

Capture du 2013-01-07 22:31:36Entrez les données IP, masque et routeur puis validez

Capture du 2013-01-07 22:31:48Ensuite on vous demande si vous souhaitez configurer IPv6. Ici ce ne sera pas le cas. Autrement on vous demandera s’il faut utiliser le router discovery ou choisir une adresse fixe.

Capture du 2013-01-07 22:32:04Vous pouvez ensuite configurer les serveurs DNS et la zone de recherche de votre serveur

Capture du 2013-01-07 22:32:15Ensuite on vous demande de configurer la timezone. Choisissez non par habitude à cette question, puis ensuite votre fuseau horaire. Pour la France, Europe puis France. En heure d’hiver on vous demandera si CET vous paraît bien. En heure d’été ce sera CEST.

Capture du 2013-01-07 22:32:36Maintenant vous pouvez choisir d’activer quelques services. Nous ne choisissons que SSH, mais vous pouvez également choisir moused pour obtenir la souris en mode console, le serveur NTP pour conserver la synchronisation horaire (très important), et powerd pour économiser votre CPU.

Capture du 2013-01-07 22:32:48On vous demande ensuite si vous voulez activer les crashdumps. A vous de voir, personnellement je ne l’utilise pas.

Capture du 2013-01-07 22:32:57Vous pouvez maintenant ajouter des utilisateurs au système.

Capture du 2013-01-07 22:33:37Entrez les différents champs puis validez. Notez que sous BSD un utilisateur doit être OBLIGATOIREMENT dans le groupe wheel pour pouvoir utiliser la commande su.

Fin de l’installation

Capture du 2013-01-07 22:33:51L’installation et la configuration sont terminées. Vous pouvez reconfigurer certains points si vous avez fait des erreurs, autrement vous pouvez sélectionner Exit.

Capture du 2013-01-07 22:34:03On vous propose une dernier fois d’ouvrir un shell si vous avez quelque chose à faire de particulier. Choisissez No, puis Reboot.

L’installation est désormais terminée !

Conclusion

Vous avez désormais entre les mains un système FreeBSD. Les 3 points essentiels à retenir sur FreeBSD sont:

  • La configuration du système et l’activation services (+ flags) se base sur le fichier /etc/rc.conf
  • Il faut utiliser les ports (portsnap pour mettre à jour l’arbre et l’extraire)
  • La mise à jour du système se base sur la commande freebsd-update

Je vous recommande vivement de lire le handbook FreeBSD qui est clair et aborde toute l’administration du système de manière précise. Il est bon de noter également que la migration d’un FreeBSD ne casse pas le système ni les applications tierces, à l’instar des systèmes Linux qui ne sont pas toujours facilement migrables.